Depuis quelques années, le nombre de consultations médicales liées aux allergies respiratoires ne cesse de croître. D’autant plus que cette maladie touche aussi bien les enfants que les adultes. Pollution de l’air, pollution domestique, poussière, poils d’animaux, ce sont les éléments considérés comme déclencheurs de l’allergie respiratoire. Découvrez dans cet article plus de détails sur ce sujet : causes, symptômes et traitements.

Que faut-il savoir sur l’allergie respiratoire ?

L’allergie respiratoire est une maladie chronique, mais qui peut toutefois s’aggraver. Elle se traduit par une réaction immunitaire qui résulte après un contact avec une substance allergène. Les allergènes respiratoires les plus courants sont les pollens, les poils d’animaux domestiques, les acariens ainsi que les moisissures. Une exposition à ces substances provoque des réactions inflammatoires au niveau de la gorge, des bronches, du nez ou encore des yeux. Cela peut se traduire par des éternuements, une sécrétion de mucus, le nez qui coule, la gorge qui gratte, etc. Lorsque les irritations atteignent les poumons, les réactions deviennent plus importantes et entraînent des difficultés respiratoires. L’allergie respiratoire n’est pas une maladie héréditaire, même si chez certaines personnes elle se manifeste dès leur naissance.

 

Quels peuvent-être les facteurs aggravants de l’allergie respiratoire ?

Les allergies respiratoires n’apparaissent jamais du jour au lendemain. Elles ne surviennent qu’après une intolérance de l’organisme face à certains éléments. Quoi qu’il en soit, les principaux responsables sont les facteurs environnementaux. De ce fait, plus les facteurs déclencheurs augmentent, plus les réactions allergiques sont importantes chez les personnes concernées. Le fait de respirer régulièrement de l’air pollué peut provoquer des allergies respiratoires. Tout comme le tabagisme passif, ou le fait d’être enfermé dans une pièce qui n’est pas suffisamment aérée ou une alimentation mal équilibrée. En effet, le climat joue un rôle important dans le déclenchement des allergies respiratoires. Quand il fait beau, les plantes relâchent les pollens qui sont par la suite dispersés par le vent et se fractionnent en particules allergiques avant de pénétrer dans nos poumons. Par ailleurs, certaines personnes comme les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes sont plus sensibles aux allergies que d’autres .

Comment soigner les allergies respiratoires ?

L’allergie respiratoire est une maladie qui ne peut pas être guérie à 100 %. Par contre, on peut tout à fait la traiter ou la prévenir pour qu’elle ne s’aggrave pas. En effet, il existe bel et bien des traitements et des médicaments contre cette maladie. Quoi qu’il en soit, le médecin doit procéder à un diagnostic ou à des tests respiratoires pour évaluer la capacité pulmonaire du patient. Cela commence par un interrogatoire clinique suivi de tests cutanés qui serviront à identifier les allergènes responsables de l’allergie. Ce n’est qu’avec les résultats de ces examens que le médecin peut définir les traitements adaptés au patient. Pour cela, il peut prescrire des traitements par voie orale comme les antihistaminiques qui ont pour objectif de soulager les symptômes de l’allergie. Cependant, ces types de médicaments entraînent généralement des effets secondaires comme des difficultés digestives, de la somnolence ou de la fatigue. En revanche, si les crises sont plus sévères, le médecin peut prescrire des traitements par voie nasale ou par inhalation.

 

Existe-t-il des solutions pour éviter que cette maladie ne s’aggrave ?

Plusieurs solutions sont possibles pour éviter d’être en contact avec les allergènes. Il suffit d’aérer régulièrement votre maison chaque matin de telle sorte à laisser pénétrer la lumière naturelle. Le matelas est l’endroit préféré des acariens. Toutefois, ils se nichent également dans les couvertures, les rideaux, les coussins, etc. Le fait d’aérer les chambres à coucher et les salons assainit l’air à l’intérieur, qui n’est pas très favorable au développement des acariens. En plus de cela, changez de drap au moins une fois par semaine et lavez régulièrement à l’eau chaude ou à la machine les linges de maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *