Par définition, la goutte est une maladie inflammatoire touchant les articulations. À part les crises sévères à traiter, le traitement de la goutte requiert une prise en charge de fond combinant les règles hygiéno-diététiques et les médicaments. De ce fait, les personnes atteintes de cette maladie ne peuvent pas consommer toutes les nourritures qu’elles préfèrent.

Liens entre la goutte et l’alimentation

La goutte est causée par l’augmentation de la concentration en urate ou l’hyperuricémie persistante dans le sang. Il y a formation de cristaux d’urate monosodique, une fois la sursaturation en urate atteinte. D’une manière générale, ces cristaux se forment dans les articulations. Mais, il se peut qu’ils engendrent une inflammation articulaire sévère chez certaines personnes. Dans ce cas, on parle de crise de goutte.

L’alimentation contribue au développement de la goutte, tout en augmentant le taux d’uricémie dans le sang. De ce fait, l’excès de poissons gras, de viandes, de fruits de mer ainsi que des boissons alcoolisées sont les principaux facteurs de risque de cette maladie.

Pour prévenir la goutte et éviter les situations qui favorisent la production d’acide urique, il faut limiter les aliments hyper-uricémiants. Ces mesures hygiéno-diététiques figurent également dans le traitement de fond de la goutte.

Les aliments à privilégier

Le but est de réduire les apports de boissons ou d’aliments en purines, car elles favorisent la production d’acide urique. Vous pouvez donc choisir parmi ces aliments : les légumes, les œufs, les oléagineux, les fruits, les céréales, les pâtes et les pains.

Il en est de même pour le fructose. Ce sucre est présent dans toutes les boissons sucrées et les sodas.

La consommation d’une alimentation bien équilibrée est donc recommandée. Il faut privilégier celle qui est riche en laitages, pauvre en graisses et réduit en protéines animales. Il est vivement conseillé de consommer de la vitamine C et du café. En fait, ils peuvent jouer un rôle hypo-uricémiant.

D’après certaines études, le risque de crises de goutte est moindre lorsque la consommation en boissons dépourvues de sucres est élevée.

Si vous souffrez de la goutte, vous ne devrez pas boire que de l’eau potable toute la journée. Cela permet en effet de réduire votre uricémie. Privilégiez les eaux alcalinisantes du type Vichy-Célestin ou Vichy Saint-Yorre afin de limiter le risque de formation de calculs dans les reins.

Les aliments à éviter

Trois boissons sont formellement interdites, à savoir les alcools forts, les sodas sucrés et la bière avec ou sans alcool.

Pour ce qui est du reste, il est important de limiter les protéines animales et les quantités en calories afin d’abaisser le taux d’hyperuricémie et de perdre du poids.

    • Les abats : vous devez réduire fortement votre consommation de plats à base d’abats tels que la cervelle, les tripes, les rognons, les charcuteries, la langue, le foie, le ris de veau et le cœur.
    • Les poissons bleus : évitez de les manger, car ils sont très riches en purines. D’une manière générale, il s’agit du hareng, de l’anchois, de la sardine, de la morue, de la carpe, de la truite, des œufs de poisson, du saumon. Cependant, ces poissons sont également riches en oméga-3. Ils favorisent le bon fonctionnement du système cardiovasculaire. Pour cela, vous devez bien gérer la quantité à consommer.
    • Les fromages fermentés et les viandes : ils favorisent rapidement la crise de goutte. C’est pour cette raison qu’il faudra les éviter à tout prix. Pour cela, privilégier les viandes maigres.

Conseils pour réussir votre traitement

    • Vous devez vous habituer à boire 5 verres d’eau par jour afin de diminuer le risque de crises de goutte.
    • Vous devez également consommer moins d’alcool.
    • Vous devez éviter de prendre du poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *