De composition naturelle, l’enduit chaux-chanvre est très apprécié grâce à ses performances en isolation thermique et phonique. Il est même considéré comme un mortier innovant, embellissant une ancienne maison et apportant du cachet à un nouveau bâti. Peut-on l’appliquer sur n’importe quel type de support ? Sa préparation et son application nécessitent-elles des compétences spécifiques ? Qu’en est-il de sa durabilité ? Ci-après quelques éléments de réponse.

Chaux et chanvre : une composition saine et écologique

La chaux

Les qualités de la chaux en font un matériau plébiscité par les professionnels du bâtiment. Microporeuse, elle est essentielle à la fabrication de mortiers perméables à l’eau. Sa souplesse et son élasticité augmentent la résistance des enduits, diminuant ainsi les risques de fissuration. Dotée de propriétés bactéricides, la chaux contribue aussi à l’assainissement des supports.

Dans la majorité des cas, on utilise la chaux aérienne CL 90 pour constituer un enduit chaux-chanvre. Elle peut être ajoutée d’une faible part de chaux hydraulique. Durcissant lentement au contact de l’air, la chaux aérienne est tout à fait adaptée aux milieux secs. Puisque sa prise se fait par absorption de gaz carbonique contenu dans l’air ambiant, elle répond à la norme des chaux de construction NF EN 459. Elle est d’ailleurs obtenue à partir de calcaire pur, dont seulement 5 % d’impuretés argileuses tolérées.

Le chanvre

C’est une plante annuelle poussant rapidement sans engrais ni insecticide. Dans le secteur du bâtiment, on utilise la chènevotte, la partie située au cœur de la tige du chanvre et obtenue après défibrage. Pour servir de charge au mortier, elle est réduite en petits morceaux en usine pour former un agrégat végétal. La chènevotte est de plus en plus prisée, étant un isolant naturel et imputrescible. Son association avec la chaux permet de retenir la chaleur, offrant un confort thermique optimal.

Enduit chaux-chanvre, pour quel support ?

Ce type d’enduit peut être appliqué sur tous les supports minéraux, qu’ils soient traditionnels (pierre tendre, dure, brique…) ou contemporains (brique monomur, béton cellulaire…). Dans le cadre d’une rénovation, il peut donc remplacer un enduit minéral et apporte un rendu esthétique sur une surface irrégulière. C’est d’ailleurs le revêtement adapté à des murs épais et anciens, ayant besoin de correction thermique. Il agit notamment contre l’effet paroi froide en hiver.

Comme l’enduit chaux-chanvre peut être appliqué aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, il se décline en de nombreuses textures et finitions (talochée, épongée, serrée, lissée, brute, teintée…).

Requis pour la préparation du mélange

L’enduit chaux-chanvre présente de nombreux atouts, mais pour bien l’appliquer, il faut disposer d’outils et de matériaux adaptés. Confier le travail à un professionnel garantit sa rapidité et sa qualité. Parmi tant d’autres, l’entreprise M.G.F Maçonnerie et Façades est spécialisée dans la pose de différents types d’enduits, notamment celui en chaux-chanvre. Établie à Bourgoin-Jallieu, elle intervient à Lyon, Grenoble, Saint-Étienne et alentour.

Pour réaliser les travaux soi-même, il faut non seulement rassembler tout le matériel nécessaire, mais aussi tenir compte de certaines précautions.

Quels sont les matériaux et les outils utilisés ?

Outre la chaux aérienne et la chènevotte, la chaux hydraulique naturelle s’ajoute au mélange. En effet, ce matériau contribue à la bonne tenue de l’enduit. Il est conseillé d’utiliser de la chaux hydraulique naturelle NHL 2, NHL 3,5 ou NHL 5. Il faut exclure les chaux hydrauliques moins respirantes et HL. Par ailleurs, le gobetis est indispensable pour assurer l’accroche et l’homogénéisation du support.

En ce qui concerne les outils, il faut disposer d’une bétonnière, d’un seau (10 litres de préférence pour faciliter le dosage), d’une taloche, d’une truelle et d’une lisseuse.

Une application ordonnée

Avant d’appliquer le gobetis, le support doit être débarrassé au préalable du vieux revêtement (enduit, ciment, plâtre…). Le corps d’enduit doit ensuite être appliqué sur le gobetis frais. L’application se fait en deux passes. L’aspect brut constitue déjà une finition originale, mais on peut aussi serrer l’enduit pour le rendre plus fin. Il existe en outre une large palette de finitions réalisées à partir de chaux.

La composition de chaque mélange dépend des proportions recommandées par les fabricants des matériaux. Pour un bon dosage, il faut bien se renseigner lors de l’achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *